Comment Amazon gère les poursuites anti-trust

Amazon a conclu un accord avec l’autorité antitrust allemande afin de revoir ses conditions de service pour les marchands tiers, qui s’étaient plaints d’un traitement injuste lorsqu’ils vendaient via le plus grand détaillant en ligne du monde. L’office fédéral des cartels a annoncé mercredi l’abandon d’une enquête de sept mois après que le géant américain du commerce électronique ait accepté de modifier son contrat de services aux entreprises, qui s’applique aux marchands utilisant sa plate-forme. Il a ajouté que les modifications, qui entreraient en vigueur dans 30 jours, s’appliqueraient non seulement à l’Allemagne, le marché n ° 2 d’Amazon après les États-Unis, mais également à ses sites nationaux en Grande-Bretagne, en France, en Italie et en Espagne, ainsi qu’à « en Amérique et en Asie.  » « Nous avons réalisé des améliorations considérables pour les détaillants sur les marchés d’Amazon », a déclaré Andreas Mundt, responsable du bureau du cartel, dans un communiqué. « Nous abandonnons notre enquête. » En réponse, Amazon a déclaré que les modifications apportées à son contrat de solutions commerciales clarifieraient les droits et les responsabilités des partenaires vendeurs représentant 58% des ventes de marchandises physiques sur sa plate-forme. « Nous allons continuer à travailler dur, à investir lourdement et à inventer de nouveaux outils et services pour aider nos partenaires commerciaux dans le monde entier à atteindre de nouveaux clients et à développer leur activité », a déclaré Amazon. PLATEFORMES VS REGULATEURS Les géants de la technologie de la Silicon Valley font l’objet d’une surveillance de plus en plus intense en Europe, Alphabet frappant Google de plusieurs milliards d’euros d’amende pour violation des règles de concurrence de l’Union européenne. Le régulateur anti-trust allemand, bien que subordonné à de nombreux égards à Bruxelles, a également été actif, ordonnant à Facebook de modifier sa gestion des données des utilisateurs après avoir constaté que le réseau social abusait de sa domination du marché. Facebook a contesté cette décision, à la différence d’Amazon, qui a passé un accord relativement rapide avec le régulateur allemand. Aucune amende n’avait été prévue dans l’affaire Amazonienne. La puissance en question des sociétés dites de plate-forme qui offrent aux autres un lieu de rendez-vous, par exemple, pour vendre des livres neufs ou d’occasion. Dans un conflit d’intérêts inhérent, cette entreprise est également depuis longtemps un pilier d’Amazon, fondée par Jeff Bezos en 1994 dans son garage et dont la valeur marchande a atteint une valeur marchande de près de 1 billion de dollars. Des tiers vendeurs s’étaient plaints de ce que les conditions de service d’Amazon étaient superposées, ce que le bureau du cartel a confirmé, affirmant qu’Amazon les traitait d’une manière opaque et arbitraire. NOUVELLES CONDITIONS Parmi les modifications apportées à ses nouvelles conditions de service, Amazon se conformera aux règles européennes en matière de responsabilité envers ses partenaires commerciaux sur ses plates-formes européennes, alors qu’avant, sa responsabilité n’était pas engagée. Il devrait maintenant donner un préavis de 30 jours et indiquer le motif du retrait d’un commerçant de sa plate-forme. Auparavant, il pouvait mettre fin à sa relation avec un vendeur ou le bloquer sans avertissement ni explication. Les marchands qui utilisent leurs places de marché européennes pourront, dans certaines circonstances, poursuivre Amazon dans leur propre pays, alors que cela n’était auparavant possible qu’au Luxembourg – un moyen de dissuasion pour les petits commerçants. Ils pourront également faire appel des décisions d’Amazon en ce qui concerne les frais de retour et de remboursement. D’autres changements concernent les descriptions de produits, la facilité de compréhension des conditions de service d’Amazon et la présentation plus juste des avis des clients, a déclaré le bureau du cartel. Les modifications toucheront directement 300 000 marchands actifs sur Amazon.de, le site allemand de la société, dont environ 60% à 65% sont allemands. Le site a généré 20 milliards d’euros l’année dernière, ce qui en fait de loin le plus grand site européen d’Amazon. L’office allemand des cartels a annoncé avoir consulté de près la Commission européenne dans le cadre de son enquête, ainsi que des régulateurs autrichiens et luxembourgeois ayant également ouvert des procédures antitrust contre Amazon. (Reportage par Douglas Busvine édité par Chris Reese)

Related Post